Le commencement des jours

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 25/01/2018

Dans sa préface à l’édition Folio des Œuvres choisies de Calvin, le professeur Olivier Millet voit en Calvin la disparition du Moyen Âge, le moment d’une « crise sans retour », plus qu’avec Luther « si médiéval encore ». Tout cela nous fascine bien sûr, comme si nous assistions à un grand spectacle joué à guichets fermés. L’austérité glaciale du Genevois ne doit pas faire oublier quel immense écrivain il est. Ce serait trop simple de déduire d’un caractère sèchement moral des considérations esthétiques balayées par un génie littéraire dont on retrouve la trace jusque dans le parage d’un Samuel Beckett. Il est même stupéfiant de suivre le fil de cette puissance langagière à travers plus de quatre siècles d’histoire européenne. Tout récemment encore, nous lisions sous la plume de Marilynne Robinson certaines pages qui sont bien de cette même filière d’influence, d’ailleurs revendiquée par la romancière américaine, se déclarant « calviniste ». Un mélange de douceur et de rectitude, dans la familiarité de la Bible. Robinson nous bouleverse quand elle décrit la fin du fameux dîner d’Emmaüs. Que se passe-t-il après ? Qui rentre chez qui ?

L’historien de la littérature Emile Faguet (1847-1916) avait très bien cerné dans l’œuvre de Calvin une expérience incendiaire de la beauté : comme si Calvin, ayant poussé très loin l’expérience du beau avait cherché ensuite à s’en protéger. Le philosophe Jean-Louis Chrétien a écrit naguère un essai intitulé L’effroi du beau qui irait assez bien à Calvin, quoique Jean-Louis Chrétien pense surtout à Hölderlin. Mais la notion d’« effroi » est ici bien appropriée, tant il est vrai que la beauté n’est pas faite pour les âmes molles, mais pour les âme fortes, comme l’eût dit Giono, qui s’y connaissait en la matière. Jean-Louis Chrétien vient de publier chez Minuit un court et admirable essai : Fragilité qui semble se tenir debout comme une simple fleur dans un tableau de Chardin. On peut penser aussi, pour rester dans une ambiance calvinienne, à ces petits tableaux flamands où une dame joue du clavecin près d’une fenêtre. Tout y a l’air paisible, stable et ouvert à la lumière du dehors. C’est une lumière du jour le jour, aujourd’hui il fait beau, demain il pleuvra. C’est ainsi et le temps passe. Bientôt le printemps. Certainement il y de la fragilité dans tout cela, une fragilité d’une étonnante puissance.

Dans sa préface au Nouveau Testament, Calvin parle du « commencement des jours d’éternité » : formule mystérieuse, admirable. Il y aurait donc du début dans l’éternel ? Allons bon. Cela nous laisse de la marge pour voir venir. Car enfin, quand commencent donc ces fameux jours pas tout à fait comme les autres ? Calvin avait son idée sur la question, et il gardait peut-être pour lui le meilleur.   Sûrement y avait il chez ce prophète sec un quasi égoïsme d’amateur des belles choses. Un peu comme si, ayant découvert un endroit exquis, on se gardait bien d’en donner l’adresse à nos meilleurs amis.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.