L’art de la notule, un petit métier qui se perd

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 02/02/2017

Jadis, au fond des bois, vivait un brave homme dans sa cabane. On l’appelait le « notulier ». Son métier consistait à résumer des livres pour les paysans d’alentour, en prévision des longues soirées d’hiver. Qui dira le charme de ces veillées, où, rassemblés autour de lui, on l’écoutait nous emmener très loin au pays des lutins et des trolls ? Parfois, de petits nains à clochette s’approchaient de la fenêtre, pour écouter. Dès qu’on voulait s’approcher d’eux, ils fuyaient, puis revenaient. C’était merveilleux, car le notulier avait toujours une histoire dans son sac. On lui disait : allons père notulier ! Contez nous en une supplémentaire ! et il s’exécutait. Ainsi les jours passaient, dans une sorte d’émerveillement. Même les mésanges et les pinsons, d’ordinaire farouches, restaient au bout de la branche pour écouter.

Il n’y a plus guère de notulier à qui l’on puisse s’adresser désormais. Tout le monde veut faire long, écrire d’innombrables articles qui ressemblent à de véritables romans. Le vieux notulier de la forêt avait suspendu un écriteau au dessus de sa porte : « Excusez moi, je ne peux pas faire plus court ». C’était emprunté à une quelconque phrase de Blaise Pascal. Car le vieux notulier était assez cultivé, au fond. Mais il ne le montrait pas, il ne se faisait pas mousser sauf quand il prenait sa douche. Une douche froide, d’ailleurs, qui aiguise les membres et vous aide à plonger dans la merveilleuse journée qui s’annonce. On pense que Jorge Luis Borges, du temps où il travaillait à la bibliothèque municipale de Buenos Aires, écrivait lui-même de petites notules qui doivent figurer dans l’un des volumes de ses Œuvres en Pléiade. Les lire réjouit l’esprit et donne du courage.

C’est un art très difficile que celui de la notule. La forme brève oblige à faire tenir tout un monde à l’intérieur d’un espace fort exigu. Le miracle, avec Borges, est que l’exiguïté donne tout à coup au lecteur le sentiment qu’il se trouve dans une immense piscine. L’art de la notule fait entrer l’infini à l’intérieur du fini. Ce sont là les prodiges du langage et de la littérature, qui en étonneraient plus d’un s’ils prenaient le temps d’en prendre connaissance. Mais nous vivons une époque fort pressée d’aller à ses rendez-vous. L’époque tweete, elle n’écrit pas. Elle ressemble, de ce point de vue, à l’actuel président américain. Ce brave homme vient de signer un décret de fermeture du langage. Les experts pensent que cela devrait avoir des conséquences.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Dignité de la tomate
La pensée humaine est en constante évolution. Il n’y a pas un jour à Notre-Dame-des-Landes qui ne témoigne de ce prodige. Tel jardinier annonce que ses tomates sont du XXIIIe siècle, tel autre assure que son cheptel de moutons va révolutionner l’espèce par la création d’un nouveau lainage, tel autre encore jure que l’on va sortir du cercle infernal des bas intérêts de la société des hommes. On voit bien ici que Rousseau demeure le patron incontesté de cette utopie, comme il l’était naguère, sur le plateau du Larzac. Et pourquoi non ?

Nos amis les arbres
Sans conteste, la seule vraie grande vedette de ce printemps est l’arbre. Les publications s’accumulent sur le pauvre comme elles s’accumulaient hier sur le colibri ou les marchands de chapeaux. Il n’y a rien d’émouvant comme d’apprendre qu’un brave promeneur est mort assommé par une branche de chêne qui ne tenait plus. Albert Camus lui-même, qui en connaissait un rayon quant à l’absurde, recule devant ce comble d’injustice. Un arbre faire du mal au prochain !

Philippe Lançon. Un Robinson des Invalides
Ce qui frappe le plus, à la lecture de ce livre hors du commun , c’est son calme. Philippe Lançon, journaliste, critique littéraire à Libération et Charlie Hebdo aurait pu allonger son nom à la liste des assassinés du 7 janvier 2015 par les frères Kouachi : Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Maris. Or s’il est vrai que les morts ne parlent pas, il arrive aussi aux survivants de savoir se taire en écrivant. C’est le cas de ce livre : 500 pages qui pourraient bien résonner aux oreilles de cet ami de Chateaubriand comme une manière bien personnelle d’Outre-Tombe.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres