La ville dont le prince est un enfant

| Publié le : 13/12/2018

La ville : ce serait Paris. Le prince : le président de la république. On pensait à cette pièce de Montherlant l’autre soir, pendant qu’Emmanuel Macron parlait au pays, cherchant une gravité qui le hisse lui-même au-delà de sa juvénilité. Un ton d’enfant grave, les mains posées sur le bureau comme pour prouver qu’il n’a rien fait de mal. Il s’agissait de franchir le fleuve en furie, le fleuve a été franchi, il n’y a pas eu noyade. Mais l’essentiel reste à faire. On lit des mots de mort sur les murs de Paris, qui n’est pas un collège religieux, comme dans la pièce de Montherlant. Ce qui a explosé, c’est le tissu fragile de la médiation. Il ne faudrait pas croire que cent euros suffiront à recomposer ce tissu déchiré. Il y faudra beaucoup plus que de l’argent.

Mais il n’est déjà plus temps de savoir si le président était sincère ou non. Les derniers événements de Strasbourg ont brusquement déplacé une fois de plus le curseur. La question de savoir si le président était sincère et a lâché suffisamment de lest, a été soufflée par l’écroulement d’un touriste thaïlandais, abattu à bout portant sur un pont de Strasbourg. Sa femme blessée pleurait à ses côtés, n’y comprenant rien. Et voilà que son mari était déjà mort. Paris ou Strasbourg, ou la Thaïlande ? On a beau savoir que les Champs-Élysées sont un lieu dédié aux défunts heureux, ce n’est pas aux morts qu’on pense le plus là-bas à l’exception du fameux soldat, qui n’a jamais autant fait parler de lui. Les temps changent.

La ville, dans la pièce de Montherlant, c’est un collège religieux où les tourments spirituels ont une forte odeur de soufre. Du Montherlant tout craché, où le père supérieur parle comme un voyou et le voyou égrène son chapelet. C’est une obsession remarquable, chez l’auteur de La reine morte, ce besoin de grandeur sans décorum d’entourloupe. Une grandeur à la bonne taille, simple, sans chichis, comme chez les Romains qu’il aimait tant. Sinon où est la grandeur ? La vraie ? Ne pas tricher, voilà l’objectif. Valable aussi pour un président de la république. Ainsi les observateurs politiques ont-ils vu Emmanuel Macron chercher à la fois Jupiter et un petit gars de la campagne. Pas facile, surtout quand on a des responsabilités politiques, ce qui n’était pas le cas de Montherlant qui pouvait bien s’en conter à son aise. Son suicide avoue peut être aussi cela : un désespoir de ne rencontrer personne avec qui s’entendre sur ces points là, surtout ceux-là. Ni un Jupiter, ni un petit gars. Un désespoir de ne pas trouver le bon rythme. Enfin on n’en sait rien. C’est simplement étrange de penser à Montherlant aujourd’hui. Ce serait intéressant de remonter La ville dont le prince est un enfant. Comme ça, pour voir.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

PAUVERT, JOUIR D’EDITER
Chantal Aubry consacre un livre d’une exceptionnelle qualité à l’éditeur Jean-Jacques Pauvert. Né en 1926, mort en 2014, Pauvert laisse un nom, le sien propre, qui vaut quasiment comme une métaphore. Liberté est le mot simple qui convient à la marque, comme on le dirait d’une cicatrice. Griffe exposerait au malentendu. Alors que cicatrice signifie qu’il y a eu combat, résistance, obstination à faire qui nous plaît d’abord. Pauvert disait, à propos de Sade sur qui on l’interrogeait: « Un écrivain, c’est quelqu’un qui écrit des phrases extraordinaires. »

Dernières nouvelles de l'empereur
Perrin et la BnF publient un fort volume constitué de documents inédits ayant tous trait à la captivité de Napoléon sur l’île de Sainte-Hélène jusqu’à sa mort le 5 mai 1821. Documents extraits pour la plupart des archives d’Hudson Lowe, gouverneur de l’île, au service de sa Majesté britannique. Hudson Lowe est l’une des grandes figures du Méchant pour les siècles. Il a été odieux avec l’empereur, tatillon, persécuteur de la broutille. Personne ne l’aime, les Anglais l’insultèrent à son retour à Londres.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.