L'homme qui avait rendez-vous

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/09/2016

Soit vous vous passionnez pour ce qui est en train de se passer aux USA, soit vous y tournez le dos et vous plongez dans le formidable premier roman d’Emmanuel Villin : Sporting club[1]. L’hypothèse américaine est très excitante, car il se pourrait que la story change de camp, ou de nature. Non plus la merveilleuse ascension d’Hillary Clinton, première femme à entrer à la Maison Blanche as présidente, mais sa chute aux enfers face à une brute milliardaire qui a pour lui le bagou, l’absence de surmoi et par conséquent les faveurs du public. À l’heure de ces lignes, il est trop tôt pour décider de la balance. Qui va en décider ? Une toux insistante ou bien la sortie sur les électeurs « pitoyables » de Donald Trump ? Ce qui menace le plus Hillary, ce n’est pas la pneumonie mais le mépris dont elle a fait preuve à l’égard d’une partie des électeurs « trumpistes ».

On dira qu’il est très possible de se passionner à la fois pour le changement américain de story et la lecture de Sporting club. Nous avons là une forme de ying yang quasi parfait où la maîtrise des affaires du monde croise l’inanité d’une société qui a déjà vécu l’apocalypse. D’un côté les affaires de la cité, comme un dialogue de Platon bourré de Coca-Cola, de l’autre le chaos, l’argent absurde, le soleil donnant sur des appartements sublimes et vides. Où est l’histoire ? Qu’est-ce qui est le plus important ? Le narrateur de Sporting club fait penser à ces derniers anachorètes de casino après que tout le monde a quitté les lieux. Il n’a plus aucune raison de rester dans cette ville imaginaire où chacun pourra loger la sienne propre. Ce ne sont pas les noms qui manquent. Plus aucune raison sinon un rendez-vous avec Camille. Mais qui est Camille ? On dirait un trafiquant d’opium, cruel, cultivé, jouant du piano à l’occasion, en sachant toujours une de plus que vous sur la situation.

Le rendez-vous avec Camille pourrait donner lieu à un projet, des entretiens, on ne sait pas au juste et l’on n’en saura pas plus. Le narrateur l’a compris, il l’accepte en tout cas. Villin a dû lire Le désert des tartares dans sa jeunesse. Il a dû rêver longtemps sur ces désastres bibliques qui montrent d’anciens dignitaires écroulés dans la pierrerie et les coussins. Ajoutons-y (notre imagination ne chôme pas pendant ce temps) un ou deux éléphants errant dans les ténèbres du casino et l’on peut se faire une idée de l’ambiance. Quand l’histoire a déserté la place, il ne reste plus rien à faire qu’à regarder devant soi scintiller la mer et puis c’est tout. Villin ne se départit pas d’un laconisme du « jour d’après » quand tout a eu lieu, avec ou sans Camille, quelle importance. Il voit et fait voir des choses inédites, c’est très troublant. Tout cela est mené avec justesse et laisse un goût étrange de fin du monde. Il est peu probable que Donald Trump lise un jour Sporting club. Mais qui sait ? Le destin se chargera peut-être de lui mettre entre les mains. La story a encore quelques chapitres devant elle.

 

[1] Éditions Asphalte, 130 p., 15 euros.

 

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.