L'homme qui aimait son journal

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 21/05/2015

Il  se passe avec la presse, les journaux, des choses étranges. Depuis les profondeurs du XIXe siècle, l’homme de la rue achète son journal, il a des opinions, il en discute avec les autres au café. Ce sont là des scènes familières qui n’appartiennent pas seulement à la mythologie française mais aussi bien aux cafés viennois, berlinois, milanais, on s’excuse de ne pouvoir citer tout le monde. L’arrivée de la « révolution numérique » a pulvérisé ce microclimat. Les journaux ont perdu leurs lecteurs, qui préféraient s’alimenter à la « tablette ». La tablette si séduisante avec son allure mêlée de stèle grecque et de disque hyper-tech. Ainsi avons-nous vu arriver sur nous ce tsunami d’époque, menaçant jusqu’à l’existence d’institutions journalistiques dont on pouvait croire qu’elles étaient à l’abri de l’Apocalypse. Le quotidien Libération fait partie de ces titres et l’on a pu croire un moment qu’il allait tout bonnement disparaître. C’est ce qu’on disait, en tout cas, le matin au café.

Mathieu Lindon, critique et éditorialiste à Libé depuis plus de vingt ans vient d’écrire un livre sur son journal : Jours de Libération, aux Éditions P.O.L. C’est un des plus beaux livres de cette saison. Et pourquoi donc ? Non que Mathieu Lindon détaille pour nous les mille faces des mille plans de redressement qui se sont succédé depuis un an. Il y en aura d’autres, n’en doutons pas. Mais Mathieu Lindon, fidèle en cela à une simplicité de ton qui le caractérise, a seulement voulu ressaisir ce qui le lie à « son » journal. Ce lien est fait de menus événements de la vie d’une rédaction, il en est la substance même. Ceux qui n’ont pas vécu l’expérience de travailler dans un quotidien ne peuvent peut-être pas bien se rendre compte. Le livre de Lindon, en tout cas, devrait les y aider. Il aime son journal, il ne prévoit pas de le quitter au prétexte d’on ne sait quel bon moment pour la retraite. Il pense simplement que le journal peut avoir des défauts, mais qu’il n’est pas indigne. Le terme d’indignité prend ici une force singulière. On voudrait être bien certain que tout le monde peut en dire autant.

Au demeurant nulle leçon de morale ici donnée. Pas le genre de l’auteur. À la place, un déroulé chronique de quelques mois singuliers. Bien sûr, comment ne pas penser aux terribles événements de janvier dernier. Mais la beauté particulière de ce livre tient surtout dans la simplicité d’une affection pour cette drôle de chose qu’est une liasse de feuilles de papier. Mathieu Lindon a su écrire ce lien, sans chercher à le glorifier, à s’en faire une toge de vieux sage. Un jour, il passera la main, d’autres poursuivront le boulot, c’est bien ainsi. Cette manière de tenir ainsi le fil du temps fait paraître tout à coup les choses dans une autre lumière. Celle de l’amitié, du travail, du temps donné. Y en a-t-il une autre ?

Michel Crépu

 

commentaires

Alex Caire | 23 mai 2015
Ces belles valeurs : l'amitié, le travail et surtout celle du temps donné (valeurs qui n'ont hélas de nos jours que peu d'adhésion) font que le temps donné devienne du temps consenti ; et par conséquent chaque moment de ce temps consenti devient un moment du Temps perpétuel propre à chacun (qu'aucune contrariété temporelle ne saurait éclipser)... Des valeurs de jadis !

Paul-Jean | 25 mai 2015
Il faudra un jour que vous écriviez le même genre d'article à propos de l'homme qui écrit son journal personnel. Il existe encore des diaristes ; peut-être en êtes-vous un vous-même !? Qu'en diriez-vous ?

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.