L'affaire Grégory : un peu de Satan dans l’eau froide

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 12/07/2017

Le « petit juge » Lambert a mis sa tête dans un sac plastique et il a quitté ce monde. Nous aurions oublié jusqu’à son nom si les progrès technologiques n’avaient pas rattrapé le « petit juge » par la manche. C’était l’époque où Marguerite Duras trouvait que Christine Villemin avait une allure de criminelle à la Euripide. Tout le monde se passionnait pour le destin du petit Grégory, jeté pieds et poings liés dans la Vologne. Le petit juge, dont c’était la première affaire, occupait la tribune. La vérité parlait par sa bouche et quand la vérité parle, on l’écoute.

Dieu seul sait combien de sottises ont été écrites sur cette affaire. Le petit juge trouvait que la notoriété avait un goût étourdissant et délicieux. Il en reprenait, il en redemandait. C’était une spirale sans fin. On ne s’en rendait pas compte, mais il n’y avait personne dans la cabine de pilotage. Rien d’autre qu’un étourdissement à l’échelle de la société toute entière.

Les années ont passé. Le petit juge a poursuivi la carrière d’un raté, écrivant de mauvais livres, stigmatisé jusqu’à la fin des temps. L’« affaire Grégory », tel un vaisseau fantôme, a poursuivi de son côté sa trajectoire de ténèbres. Et voici qu’un peu de lumière surgit peu à peu. L’éclat de cette lumière a la dureté d’un diamant. Dur comme la jalousie dont on a le droit de penser qu’elle aura été, depuis le début, le diable en personne. Bernanos lui-même aurait jeté l’éponge devant ce théâtre d’ombres terrifiantes. Le pauvre « petit juge » n’y aura pas résisté.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Prendre le frais avec Don DeLillo
L’Amérique fait le spectacle. C’est normal, c’est dans sa nature. À la tribune de l’ONU, Donald Trump déclare qu’il est prêt à détruire la Corée du Nord. Kim Jong Un, médusé, n’en croit pas ses oreilles, d’ailleurs bien dégagées. Une prime à celui qui arrive à interviewer le coiffeur de Kim, lequel nous paraît d’un cran supérieur à celui de Donald. L’Amérique, incarné par un demi-fou, apporte à son ennemi l’allumette fatale sur un plateau d’argent. Rêvé-je ? Quelqu’un a-t-il versé du LSD dans ma chocolatière ? On ne dirait pas. Ce film est vrai.

Ne rien porter
Il y a cette strophe étrange, dans la chanson bien connue Malbrough s’en va-t-en guerre qui nous retient ce matin par la manche : « Monsieur de Malbrough est mort, est mort et enterré./ J’l’ai vu porter en terre, par quatre z’officiers./ L’un portait sa cuirasse, l’autre son bouclier / L’un portait son grand sabre, l’autre ne portait rien. » Comme il est beau ce « rien » porté si cérémonieusement dans le cortège funèbre ! Et comme on aimerait bien faire la connaissance de ce quatrième officier qui ne craint pas de s’avancer à nu.

En promenade à Rambouillet
Comme la rue de Beaune, à Paris, renferme certains antiquaires dont on n’a pas idée, notre armoire à livres ressemble de plus en plus à un bahut ensorcelé. La main y plonge au hasard, elle en remonte ce bijou oublié des bibliographies, une histoire du château de Rambouillet par Georges Lenotre, ouvrage publié chez Calmann-Lévy en 1948 dans une charmante collection : « Châteaux, décors de l’histoire ». Lenotre est surtout connu pour être l’auteur de cette merveilleuse série « Vieilles maisons vieux papiers » dont Balzac aurait pu se servir s’il l’avait connu.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres