L'affaire Grégory : un peu de Satan dans l’eau froide

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 12/07/2017

Le « petit juge » Lambert a mis sa tête dans un sac plastique et il a quitté ce monde. Nous aurions oublié jusqu’à son nom si les progrès technologiques n’avaient pas rattrapé le « petit juge » par la manche. C’était l’époque où Marguerite Duras trouvait que Christine Villemin avait une allure de criminelle à la Euripide. Tout le monde se passionnait pour le destin du petit Grégory, jeté pieds et poings liés dans la Vologne. Le petit juge, dont c’était la première affaire, occupait la tribune. La vérité parlait par sa bouche et quand la vérité parle, on l’écoute.

Dieu seul sait combien de sottises ont été écrites sur cette affaire. Le petit juge trouvait que la notoriété avait un goût étourdissant et délicieux. Il en reprenait, il en redemandait. C’était une spirale sans fin. On ne s’en rendait pas compte, mais il n’y avait personne dans la cabine de pilotage. Rien d’autre qu’un étourdissement à l’échelle de la société toute entière.

Les années ont passé. Le petit juge a poursuivi la carrière d’un raté, écrivant de mauvais livres, stigmatisé jusqu’à la fin des temps. L’« affaire Grégory », tel un vaisseau fantôme, a poursuivi de son côté sa trajectoire de ténèbres. Et voici qu’un peu de lumière surgit peu à peu. L’éclat de cette lumière a la dureté d’un diamant. Dur comme la jalousie dont on a le droit de penser qu’elle aura été, depuis le début, le diable en personne. Bernanos lui-même aurait jeté l’éponge devant ce théâtre d’ombres terrifiantes. Le pauvre « petit juge » n’y aura pas résisté.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.