Incognito

| Publié le : 27/06/2019

Sigila[1], la belle revue transdisciplinaire franco-portugaise sur le secret, consacre son dernier numéro printemps-été 2019 au thème de l’anonyme, en portugais : o anonimo. On y trouve un ensemble de contributions toutes fort intéressantes et « donnant envie ». Dans le numéro, Marcel Cohen se souvient qu’il a été un ami fidèle et proche du poète Edmond Jabès qui prévoyait de donner son corps à la médecine. Jabès renonça à cette disposition après la profanation des tombes juives du cimetière de Carpentras. Il préférait la cendre de l’incinération à la violence de la profanation. La cendre protège, elle reconduit à la source du fameux verset biblique : tu es né de la poussière et tu retourneras en poussière. Il n’y a plus de nom possible dans ce monde là, personne ne saurait insulter la poudre. « La poudreuse famille des morts » dit Chateaubriand dans ses Mémoires. Cette famille ne saurait donner lieu à l’identité, seulement à une matière grise, sans bruit, qu’on pourrait fouler des mains, comme les grappes de raisin, aux vendanges. Il nous revient à la mémoire le souvenir de ce paysan vaudois qui gardait sur sa cheminée une petite urne contenant les cendres de sa femme. Il disait en considérant l’objet joliment décoré : « c’est Suzanne ! »

Il est aussi bon de noter l’aspect cyclique de notre poussière, tel que l’indique la Bible : le nom commence avec la poussière, il finit par s’y fondre. Tout se ramène à l’immense travail du temps qui brasse toutes choses. L’anonymat, en réalité, n’y joue qu’un rôle passager, avant d’épouser une nouvelle forme et d’y disparaître. On a le droit de penser ici au terminal de Moby Dick, au grand et éternel remuement de la mer. Là, seulement là, l’anonymat s’y trouve comme en gloire, dominant tout, ne tenant compte de rien, d’aucune célébrité. On ne saurait faire tenir l’océan sur un bord de cheminée. La vue du ressac, à la tombée du jour, sonne comme un rappel intime. Rappel de quoi ? De l’aventure humaine, avec ses milliards de visages, impossibles à nommer tous, un par un, sinon à l’heure du Jugement, mais cela risque de prendre beaucoup de temps. Les visages anonymes ont l’éternité pour apparaître, de derrière le rideau.

Le numéro de Sigila s’intéresse à toutes sortes d’angles de vues, poétiques, esthétiques, comme avec Eugenio de Andrade traduit par l’excellent Michel Chandeigne :

« Approche-toi, mets ton oreille contre ma bouche,

Je vais te dire un secret,

Il y a un homme avec la nuit couché

Dans les sables, séparé d’un autre homme »

Qui est cet homme que protège le sable du désert ? Seule la littérature pourrait nous le dire, si tant que la cendre initiale peut lui servir de limon pour un commencement. Au fond, c’est l’imagination qui fait son chemin au travers de la poussière. Il y a une complicité mystérieuse entre le néant de la poussière et la précision d’un nom parmi d’autres. On attend qu’une voix tout à coup s’élève : vous-là bas !! Alors quelqu’un sort du rang et se nomme…

Emblème possible, reproduit dans le numéro : le fameux Homme au gant du Titien, qui est au Louvre, ou plus inattendu, une « tête de cheval blanc » par Théodore-Géricault. Cette admirable tête paraît absorbée dans un songe sans fin. C’est le grand mystère de la rêverie animale. L’anonymat y trouve ici un écho bouleversant. Et l’on ne saurait dire pourquoi.

[1] Printemps-été 2019, Ed. Gris-France, 17 euros.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

AGENDAS DU CORPS
La maison d’édition L’atelier contemporain, en tandem avec le Musée Bonnardet la Bibliothèque nationale publie un étonnant ouvrage[1] constitué des agendas du peintre entre 1927 et 1946. Pour Bonnard, ces agendas servaient au moins autant de petites planches à dessin que de lieux de rendez-vous au fil des mois. Parlera-t-on d’atelier de poche volant ? Pourquoi pas, volant au sens des jours qui passent et s’envolent par la fenêtre. Ouverte, la fenêtre, chez Bonnard, pour laisser entrer la lumière, s’en faire faire une alliée de chaque instant.

L’ANGE, PRESQUE
Un honorable lecteur nous fait l’amical reproche d’avoir comparé Jean-Louis Chrétien, la semaine dernière, à rien moins qu’un ange. « Au fond de la classe » précisions-nous, donnant ainsi à notre céleste créature un air de « petit chose ». Sans doute eussions-nous mieux fait de commencer par le petit chose de Daudet et de rester avec lui, au lieu de chercher tout de suite les ennuis théologiques.

JEAN-LOUIS CHRETIEN, L’ANGE QUI PENSAIT
Jean-Louis Chrétien qui vient de mourir à 66 ans était un peu, dans le petit milieu des grands de la philosophie (Derrida, Nancy, Marion..), l’ange du fond de la classe. On n’aurait pas su dire de quel bout de la main il écrivait ses livres à peu près tous publiés chez Minuit et Desclée de Brouwer. Des livres de philosophe, de poète, d’écrivain, aux titres purs comme ces pierres de la Grèce antique qu’il connaissait par cœur. L’inoubliable et l’inespéré, Conscience et roman, L’appel et la réponse… Pas une phrase ne s’écoulait sur la page qui ne soit suivie d’une autre...

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.