De l’usage du mot « bordel »

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 19/10/2017

Le chef de l’État a répété à la télévision qu’il continuera d’user du mot « bordel » quand bon lui semblera. À la bonne heure, voilà un homme d’État qui sait ce qu’il veut. Ce n’est pas comme avec ces diplomates sourcilleux à l’extrême, qu’un rien précipite chez le psy sous prétexte que la Corée du Nord a procédé à un nouvel essai nucléaire. Là, du direct, du proche, du « qui touche les gens ». Il faut dire que le chef de l’État s’exprimait dans le cadre d’une émission de variété, où il n’y a pas vraiment de questions. Cela facilite le travail. Et comme le président a une petite difficulté relationnelle avec des électeurs qui ne savent toujours pas comment il s’appelle, il fallait absolument que l’on examine cette question du mot « bordel » en l’absence de tout sujet un tant soit peu international qui ennuie tout le monde.

Il le fallait vis-à-vis de nos concitoyens désarçonnés. Le chef de l’État a voulu justifier son choix de langage en insistant sur le fait qu’il se voulait proche de tous les Français, y compris ceux qui ne s’expriment pas toujours selon les règles de Boileau. Les indigents, les va-nu-pieds, les gredins qui jurent comme des charretiers, doivent savoir que le chef de l’État les porte dans son cœur. La belle affaire que le mot bordel leur tombe parfois de la bouche. Le chef de l’État les aime comme s’ils étaient ses propres enfants. Et d’ailleurs lui-même, parfois, se lâche comme au fond d’un troquet qui reste ouvert toute la nuit. Un de ces troquets comme il en existe chez Modiano, et spécialement dans le dernier : Souvenirs dormants[1]. Merveille que cette berceuse pour noctambule parisien, soit dit en passant. Dieu sait que ce n’est pas la première fois chez Modiano, mais cette demi-brume de cinq heures du soir en automne, du côté de Blanqui-Corvisart, il n’ y a que lui pour la faire sentir. Nous donner envie de tout annuler pour rester avec le livre.

Revenons à la dure réalité. Il est singulier que le chef de l’État, toujours si vif, rapproche comme à l’instinct l’usage du mot « bordel » du monde de ceux qui n’ont pas toujours eu la chance d’aller à l’école. Est-il bien certain que les beaux quartiers qui eux, ont eu la chance d’aller à l’école, s’expriment comme dans les lettres de Madame de Sévigné ? Est-il bien assuré que le gros mot vulgaire relève d’abord du bas plutôt que du haut ? Mais « bordel » est-il vulgaire, au fait ? Il ne nous paraît pas vraiment. Il a son côté vieille carriole qui verse à tout moment. C’est un mot joyeux qui serait étonné qu’on lui apprenne qu’il a fait le prime time d’une émission de variété au lieu d’évoquer les vrais sujets internationaux, on s’excuse d’insister sur ce point. On peut toujours rouvrir Mort à crédit du grand Céline pour s’en assurer. M. Macron eût pu en lire un extrait, cela eût touché les gens comme ils n’en ont pas l’habitude.

Michel Crépu

 

[1] Gallimard, 2017, 112 p., 14,50€.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.