David Bowie Peter Pan de la pop et de bien d’autres choses encore

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 15/01/2016

On ne peut qu’admirer le doigté avec lequel la Providence organise les disparitions récentes, toutes emblématiques du rayon musical : Michel Delpech, puis Pierre Boulez, puis aujourd’hui David Bowie. Du grand art, vraiment. Ne nous amusons surtout pas à deviner la suite du menu, on ne joue pas avec ces choses-là. Évitons aussi, dans mesure du possible : la puissance planétaire de la musique, comparée à tout le reste. Dans le cas de Bowie, l’événement a concerné jusqu’aux Martiens qui écoutent beaucoup ses disques, dans le silence des constellations. Ce qui est intéressant, dans le cas de Bowie, c’est finalement la difficulté d’identification. Rock ? Pop ? Surrealistic pop ? Transpyschédélique ? Quoi d’autre ? Mettez Keith Richards à côté de Bowie : vous avez la réponse. D’un côté les racines du blues ; de l’autre, on ne saurait dire. Bowie tenait de Peter Pan, d’une imagerie dandy terriblement british mais sans référence explicite. L’homme a tant joué avec les codes identificatoires qu’on eût aimé (et lui-même sûrement) apparaître soudain comme un jeune cadre légèrement supérieur. L’un de ces husbands qu’on voit dans les anciennes publicités, regarder la télévision en famille. Bowie ne s’est jamais véritablement reconnu dans la sphère rock stricto sensu, la sphère qu’occupent désormais les deux derniers géants absolus que sont Mick Jagger et Paul McCartney. Bowie n’était pas de cette mythologie. On n’imagine pas ce précieux soulever tout un stade de 200 000 personnes à lui tout seul. La préciosité ambigüe, le jeu avec la référence sexuelle illocalisable ne pouvaient vraiment se déployer que dans une sphère plus restreinte, plus délicate et en même temps plus sauvage (on a d’ailleurs fait observer qu’il ne vendait pas tant que ça des disques). Ah, c’est compliqué. Car Bowie était bien un personnage planétaire. L’annonce de sa mort a sonné les fans au Japon, un peu partout around the world. Au fond, Bowie avait quelque chose de terriblement pop mais ayant lui-même mis la main à la confection d’un personnage hors catégorie. On appelle cela en général, tout simplement, un artiste. Il a créé son personnage, lui donnant même une espèce de version littéraire, disons plutôt esthétique comme on ne le dirait pas des rocks stars. Personne ne penserait à parler d’une esthétique Rolling Stones même s’il y a un « look » Stones. Mais ce n’est pas la même chose. Bowie n’est pas dans le « look » ; il est un démiurge qui a traversé quarante ans de rock, de swinging London et bien d’autres choses encore.  Sur Mars, l’émotion est à son comble.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.