Damas-Reykjavik

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 03/09/2015

Quelqu'un a fait observer récemment, devant l'afflux spectaculaire de réfugiés vers l'Europe, que l'on n'avait pas vu de telles choses depuis la Seconde guerre mondiale. Ce commentaire parle de lui-même. Angela Merkel ne s'y est pas trompée, déclarant avant l'été que ce qui se passait là allait rendre la crise grecque à des dimensions boutiquières. La chancelière ajoutait qu'en cas d'échec, l'Europe verrait la fin du lien fondateur des droits universels. Dans la bouche de Madame Merkel, ces mots ont du poids, ils ont du sens. On peut déjà considérer qu'ils prennent la mesure d'un problème qui renvoie notre actualité politicienne au dernier rang de la guignolade. Il y a encore peu, sur les plages, on pouvait voir M. Sarkozy en bermuda à la une de Paris Match, déambuler en compagnie de son épouse. On en a vu d'autres bien sûr, et le bermuda de monsieur Sarkozy n'a pas de quoi mobiliser l'ONU en séance spéciale. Ce qui est frappant, surtout, c'est maintenant l'impression d'une insignifiance générale pour ce qui touche au débat politique. Rares sont désormais les discussions de bistro qui s'interrogent à satiété sur l'avenir du président de la République et les chances de ses rivaux. Tout cela semble comme frappé de nullité, de néant. Ce matin, on signalait l'échouage sur une quelconque côte turque d'un bébé syrien. Le camion abandonné sur une route bulgare, rempli de cadavres, aura laissé aussi à tous ceux à qui l'avenir de l'Europe importe le sentiment que l'on passait pour le coup une frontière. À Paris, on se moque gentiment de tout cela, l'été n'est pas clos, la fashion week s'annonce prometteuse. Qui s'intéressera jamais à ces destins anonymes retrouvés au fond d'un camion ? Il n'y aura jamais de mémorial pour ces hommes, ces femmes, ces enfants morts à fond de cale. Les Islandais ont fait savoir qu'ils étaient prêts à accueillir 10 000 réfugiés syriens. L'écrivain local Bryndis Björgvinsdottir a annoncé qu'il était prêt pour sa part à en loger cinq dans sa propre maison. En Allemagne, le Bild Zeitung, réputé populiste, a lui aussi annoncé en une sa volonté de porter secours. Cela tranche sur le prétendu politiquement incorrect de ces derniers temps, plaidant pour la « France », comme au temps des mérovingiens. En gare de Budapest hier, demain pourquoi pas en gare de Lyon, les réfugiés portent malgré eux le témoignage d'une Europe qui n'a jamais eu d'autre sens qu'ouverte, soucieuse d'autrui. Ceux qui se complaisent à la nostalgie d'un temps révolu, incapables d'être à la hauteur de leur propre culture, devraient trouver, face à un drame historiquement inédit, bien des motifs à méditation. C'est ce qu'on leur souhaite.

Michel Crépu

 

Commentaires

Laurent | 10 septembre 2015
Petite précision : « L'écrivain local Bryndis Björgvinsdottir » est une écrivaine, comme l'indique le suffixe "dottir" (fille de en islandais).

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.