Comédie française

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 20/04/2017

La saison théâtrale s’achève. La folle de l’Élysée, pièce en trois actes de Bernard Duchapon arrive à son dénouement. Le dernier acte se tiendra dans les escaliers sanglants de l’Élysée. Rouges du sang versé par les candidats malchanceux. La pièce a été un immense succès, elle s’est jouée à guichets fermés sans forcer sur les comités d’entreprise à tarif réduit. La NRF, cette vieille théâtreuse à la voix de cigarettes ne s’est pas ennuyée du tout. D’ailleurs, on s’en rend compte à la lecture du colloque des Treilles[1] sur l’art de la mise en scène par Gide, Copeau et Schlumberger, le souffleur n’a jamais eu de secrets pour cette dame des lettres. Se montrer aux autres, c’est encore écrire un peu, d’une autre manière. Claudel dit dans le Soulier : « Il y a la scène et il y a la salle » Eh bien nous lui répondrons que nous sommes des deux.

Mais baste ! À l’écart de toute opinion politique personnelle, la NRF tient à rendre hommage aux acteurs qui ont réjoui nos soirées de printemps. Le prix de l’Envolée lyrique revient sans discussion à Jean-Luc Mélenchon, de la troupe France insoumise. M. Mélenchon, dans une veine hugolienne digne de Ruy Blas a réussi l’exploit de ravir à l’extrême droite ce qui lui paraissait lui revenir de plein privilège : parler la langue des déclassés qui porte son alphabet à gauche. Sa faconde a réussi à nous faire croire que la vie ordinaire et celle qui se déroule sous les cintres ne font qu’une seule et même chose palpitante. Féerique. M. Mélenchon a tout bonnement été féérique – en plus en hologramme. Les enfants étaient aux anges, ils en parlent encore.

Le prix Tartuffe revient sans conteste à François Fillon. Il nous a donné un Tartuffe moderne, en complet veston soldé de chez Arnys dont nous n’avions pas idée. On attendait un prélat cauteleux, tâtant de la bonne chère sous couvert de carême, nous avons vu se dresser un agent supérieur de la Stasi, aux replis insondables. Nous nous étions déjà posé la question dans un blog précédent : y a-t-il un au-delà de Tartuffe ou bien non ? Le personnage joué à la perfection par François Fillon laisse penser que oui. Mais où ? À quelle profondeur faut-il descendre pour sentir autre chose ? C’est tout le mérite de M. Fillon de nous laisser perplexes au bord de cet abîme. Notre bon maître Sainte-Beuve trouvait à Molière plus de ténèbres qu’il n’y en a chez Shakespeare. M. Fillon lui donne raison.

Le jeune premier, l’angelot Emmanuel Macron au rayon laser, l’homme qui peut réciter par cœur un chapitre entier de Finitude et culpabilité de Paul Ricœur tout en parlant à son Iphone, reçoit le prix de l’art de sortir de scène tout en y rentrant. Rien n’a manqué à sa partie, jouée comme s’il était depuis toujours de la troupe du vieux Poquelin. Un nimbe léger d’irréel flottait autour de lui, comme si les hologrammes de M. Mélenchon avaient plus de coffre. Il semblait survoler le carnage de ses yeux bleus qui voient loin. Marine Le Pen, restée sur terre, dans son rôle éclatant de marchande de poissons aura toutefois manqué d’un Raimu pour lui donner la réplique. On la sentait seule, entourée d’esprits lents à la détente. Marine pestait après ses cuisiniers, songeant au soir du deuxième tour comme à un bateau de croisière s’éloignant irrésistiblement. Nous verrons cela. Rideau, préparez-vous à tomber.

 

[1] Ed. Gallimard.

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.