Céline Minart, la fille qui ne faisait pas comme les autres

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 08/09/2016

La rentrée littéraire franchit son premier cap avec la publication des sélections : Goncourt, Renaudot, Wepler. Et bientôt les autres, Médicis, Femina, Décembre. C’est une année sans « locomotive », c'est-à-dire sans un Houellebecq ou un Littell pour déclencher l’entrée en librairie. Du coup, nous confie un libraire faisant les cent pas devant sa vitrine, « c’est plus mou ». Il faut faire sans locomotive. Ou alors en inventer une fausse, monter un bobard qui fasse du bruit. C’est une question posée aussi à la critique, régulièrement accusée d’endormir et d’ennuyer. Tout cela ne va pas sans les contradictions habituelles : par exemple, la critique snobe Karine Tuil qui a les faveurs du public. Qu’est-ce que ledit public attend de la critique ? De la vérité, de l’enthousiasme, de l’envie de se jeter dans le livre dont on vient de parler, toutes affaires cessantes. Il est possible aussi que le public n’attende plus rien du tout de la critique. Trop de mensonges, trop de biais inavoués, trop de trahisons intimes qui assèchent, stérilisent. Le goût battu en brèche par l’idéologie. La misère de l’ennui au lieu du plaisir.

Répondons d’abord qu’il n’y a pas « les livres ». Il y a seulement ce livre-ci, ou ce livre-là. Voyons par exemple, chez Rivages, l’étonnant roman de Céline Minart, Le grand jeu, oublié des listes pour le moment. Que l’on veuille bien se figurer une narratrice juchée à la verticale d’une paroi de montagne, genre Anapurna en hiver, sans grand-chose à se mettre sous la dent. Qu’est-ce qu’un être humain « donne » dans ces conditions ? Curieusement, on a l’impression de retrouver les huis clos de Beckett, quand un quelconque Malone s’échine, sur trois mètres carrés, à déplacer un obscur objet. On sent que Céline Minart ne tient pas les mondanités dans une haute estime, ce qui est son droit. Mais l’important n’est pas là. Il est dans ce récit d’une construction de langage où la narratrice, en nous contant ses difficultés de gamelle et de piton, raconte en même temps la naissance d’un livre. Ce manuel de survie est aussi un acte de naissance littéraire. On peut trouver cela trop dur, et réclamer plus de distraction. La distraction, en littérature, n’est pas un péché. On a écrit des chefs-d’œuvres dans le seul but de se distraire. La moitié, au moins, de Mozart, est faite pour distraire. Cela peut faire réfléchir. On ne sait pas encore si Céline Minart va devenir un Mozart du Vieux Campeur, mais on peut être sûr de ce qu’elle veut et surtout de ce qu’elle ne veut pas. L’âpre rudesse plutôt que l’échouage de soi dans le doux canapé des facilités. L’herbe amère et sauvage plutôt que le chamallow. Il n’y a pas grand monde sur ce créneau, à 4 000 mètres d’altitude. C’est là que Céline Minart a installé son campement. La vue est superbe.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Billeter, Langlois, douceurs extrêmes
Nous alertions le pays, la semaine dernière, à grandes pompes. Le troisième régiment de chasseurs alpins était mobilisé sur Facebook et dans les casernes, on frottait dur le cuir des brodequins. C’était à propos de Jean-François Billeter pour son récit Une rencontre à Pékin (Allia) et de Christophe Langlois, auteur de Dieu en automne (Cerf). Or il s’avère que les Éditions Allia ont publié en même temps, un autre « petit » livre de Billeter, intitulé Une autre Aurélia.

Ivanhoé à Pekin
Comme écrivent si souvent les frères Goncourt dans leur Journal : « Nous sortons de déjeuner avec Baudelaire au Procope et nous tombons sur Jean-Pierre Dandrelin. Il est curieusement coiffé d’une chapka et revêtu d’un manteau en poil de dromadaire. Comme nous nous étonnons de cet accoutrement, Dandrelin explique que le « super-market » où il va faire ses courses est désormais réglé en température de frigidaire dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. On n’avait pas eu si froid depuis la mission Charcot en Terre-Adélie, antarctique sud, 1933.

Combien de temps doit durer un discours
L’étincelant angelot Macron a prononcé un discours à la Sorbonne devant les étudiants. Cela a duré presque deux heures. Il fallait bien deux heures pour faire le tour de la question franco-allemande, autant dire de la question Europe. Les vingt-six autres pays membres satellites sauront se contenter des miettes laissées sous la table des agapes. Emmanuel Macron est un homme qui n’a pas craint de faire applaudir le drapeau européen pendant la campagne électorale : cela constituait un acte héroïque de même ampleur que le passage du pont d’Arcole par le jeune Bonaparte.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et gérer ces paramètres