Antonin Artaud, lettres inédites

Antonin  Artaud, lettres inédites
Actualité | Publié le : 21/10/2015

Un ensemble exceptionnel de lettres inédites d’Antonin Artaud a récemment été retrouvé dans les dossiers de l’administration hospitalière et dans des collections privée. La NRF propose en avant-première une sélection de ces lettres, écrite par Artaud de 1937 à 1943, avant leur publication en volume le 13 novembre 2015.

Ces lettres, écrites par Antonin Artaud depuis son internement d’office à l’hôpital de Sotteville-lès-Rouen en octobre 1937, puis Sainte-Anne et Ville-Evrard, jusqu’à son départ pour Rodez en 1943, ont pour la plupart été retenues par l'administration. Artaud y lance ses invectives, ses suppliques et ses cris de souffrance. La NRF vous invite à lire quelques unes d’entre elles, adressées, entre autre, à Roger Blin, Jean Paulhan, André Gide ou Balthus.
 

À Roger Blin, le 17 mars 1939 (exrtait)

« Merci des cigarettes que tu m’as fait envoyer hier ainsi que des 20 francs que tu as eu la charité ! de me faire passer de compte à demi avec Jean. Ça va payer mes timbres et mon papier à lettres pour quelques jours. D’ailleurs tu rencontreras Jean peu après avoir reçu cette lettre et tu pourras le remercier de ma part d’avoir « réalisé » la Prophétie. Il sera à peu près à l’angle de la Place Dauphine et du Pont Neuf sur la chaussée et tu seras sur le trottoir de gauche pour qui tourne le dos au Pont et regarde la Place Dauphine.
Au bout de peu de temps les Initiés viendront car « ils voudront voir » Grillot de Givry en tête.-
— D aladier, président du conseil sera là et la scène se reconstituera. Ce sera la Diplomatie sur la place Publique, car voilà bien longtemps que les grandes décisions de l’Histoire moderne ont cessé de sortir du secret des chancelleries.- »

Dans la revue

Antonin Artaud. « Lettres inédites », septembre 2015
Michel Crépu. « Artaud et les post-modernes », septembre 2015

En librairie

Antonin Artaud, Lettres (1937-1943).
Préface de Serge Malausséna, introduction d'André Gassiot
Hors série Littérature, Gallimard
En librairie le 13 novembre 2015

Artaud et la NRF

Antonin Artaud entre en contact avec la NRF au début de l’année 1923, en adressant ses poèmes à Jacques Rivière, alors directeur de la revue. Rivière, qui juge les poèmes irrecevables, refuse de les publier et s’en explique à leur auteur. Un dialogue s’engage entre les deux hommes, où la littérature tient la première place : où commence-t-elle, ou finit-elle ? Quelles sont ses rapports avec le tréfonds de l’âme et la vie du corps ?
Ces lettres, prépubliées dans la revue en 1924, paraissent dans la collection « Une Œuvre, un portrait » et constituent l’une des premières grandes correspondances littéraires inscrites au catalogue Gallimard. Les premiers textes littéraires d’Artaud sont publiés dans la NRF en 1925 sous la direction de Jean Paulhan.

Dans la revue

Antonin Artaud, Jacques Rivière. « Une correspondance », septembre 1924
Antonin Artaud dans la NRF

 
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.