After after shave

After after shave
Le blog de Michel Crépu | Publié le : 01/08/2018

Encore quelques jours, le temps que fonde la fièvre hystérique, et Alexandre Benalla paraîtra enfin pour ce qu’il est : un sage méditant, un œil du cyclone, très à distance du cirque, ayant déjà digéré son faux petit châtiment. Un soir de disgrâce aussitôt épongée par l’amitié présidentielle. Entre les deux Benalla, le cogneur scorcesien et le philosophe de Columbia à lunettes cerclées, vient d’en surgir un troisième : un jeune haut fonctionnaire glabre, calme par dessus tout, ayant son temps pour recevoir les journalistes. L’après rasage a passé sur la demi barbe faussement voyoute (telle celle du premier ministre) de l’ancien garde du corps. Ou s’il en reste, le fil du rasoir a dicté sa loi esthétique : l’heure est à la descente – comme on le disait du LSD vers 1975. La montée au cieux d’hier a fini carbonisée dans la furia médiatique. C’est nous, désormais, que la video accuse rétrospectivement d’hallucination diabolisante. Nous avons vu un massacre où il y avait surtout de l’empoignade musclée, ce qui n’est pas la même chose, même si les brassards de police ne sont pas là où ils devraient être.

N’ a-t-on pas dit et écrit que M. Benalla possédait le code nucléaire ? Réfugié au fond de son palais, Kim Jong Un attend que M. Benalla vienne le chercher, comme le bourreau Sanson sa commande pour l’échafaud. Quoi encore de plus ridicule ? On peut dire que si la machine ne s’était pas calmée d’elle-même, le bouton nucléaire aurait vibré en vrai au fond de la poche du président. Les faits sont en réalité dérisoires, que des microscopiques batailles d’ego qui font honte, rétrospectivement, à leurs victimes. L’affaire est passionnante, cela dit, parce qu’elle permet d’observer à nu un dysfonctionnement où la hantise du déclassement est sans cesse à chercher qui dévorer. De là ces fameuses cartes de visite aux titres ronflants mais dont la puissance d’irradiation est très faible. Ce qui est énorme, c’est l’inanité de l’événement : que l’État soit devenu si faible pour que la fièvre d’un petit malin le mette au lit pour plusieurs jours, antibiotiques conseillés et travail parlementaire remis à plus tard.

On voudrait bien qu’à la prochaine séance de Versailles où M. Macron fait le point sur l’année écoulée, les auditeurs reçoivent le communiqué suivant, de la main même de Sainte-Beuve au tome 9 des Causeries du Lundi, dans son portrait du marquis de Lassay, qu’il cite : « La délicatesse dans les plaisirs, le badinage dans la conversation, le goût et la connaissances des hommes, se trouvent rarement dans l’âge où l’on a une figure aimable : cependant cet assortiment serait bien souhaitable. » Une figure aimable : voilà qui pourrait sonner aux oreilles de l’exécutif, comme un véritable « assortiment » électoral. Souhaitable.

Michel Crépu

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.