2015, année Grand Siècle

Le blog de Michel Crépu | Publié le : 18/06/2015

Eh oh les amis, et si on fêtait le tricentenaire de la mort de Fénelon ? Plutôt que de courir après des anniversaires foireux, la célébration du « cygne de Cambrai » aurait autrement de l'allure. Les toxicomanes du Grand Siècle, au premier rang desquels nous nous flattons d'appartenir, pourraient faire de ces trois cent ans matière à réjouissances. Il faut dire que 2015 est une année terriblement Grand Siècle, puisque Louis XIV pris congé des humains le 1er septembre de la même année. Automnal adieu. Fénelon meurt le 7 janvier, en plein hiver. On imagine un feu dans la cheminée du palais épiscopal, à Cambrai. L'auteur de Télémaque, best-seller durant tout le XVIIIe s'éteint doucement, l'air de rien, suprême d'élégance austère, nimbée d'une imperceptible insolence. Plus personne, aujourd'hui, n'a idée de cette querelle avec Bossuet, dite du « Pur amour ». Pour résumer au Stabilo, mettons que Fénelon tenait que l'on peut aimer sans arrière pensée, s'abandonner, trouver tout bien, quelles que soient les conditions. Bossuet tonnait le contraire. Il y avait une femme entre eux : Jeanne Guyon, dite « Madame Guyon », l'auteur oubliée des Torrents spirituels. Elle et Fénelon faisaient équipe dans cette extraordinaire défense du « pur amour ». Fénelon était plus discret, plus prudent ; Madame Guyon n'y allait pas par quatre chemins. Elle ne craignait pas d'écrire que si Dieu voulait qu'elle aille en enfer, eh bien elle était prête pour les flammes. De tels propos épouvantaient Bossuet : si l'on acceptait ne fût-ce que l'hypothèse d'une acceptation positive de l'enfer, où allait-on ?

Ces affaires semblent indéchiffrables à nos esprits modernes, revenus de tout. Cette question du « pur amour » est pourtant bien intéressante. Ce ne sont pas nos amis psychanalystes qui diront le contraire. À l'époque, Bossuet obtint à Rome condamnation des thèses vertigineuses du couple Fénelon-Guyon. Mais c'était une condamnation du bout des lèvres. Quand on y regarde de près, on voit que tout le monde était agacé par les colères incessantes de Bossuet. Fénelon était plus fin, plus subtil et cela aussi énervait Bossuet. Fénelon fut condamné à regagner son palais épiscopal de Cambrai, il avait en réalité gagné une bataille décisive, et vertigineuse en effet : celle du sujet humain irréductible, du « moi » autonome. Il est curieux de penser, trois siècles plus tard, que si Fénelon a gagné la bataille sur le front théologique ; c'est quand même Bossuet qui détient le pompon sur la question du style et de l'écriture. Paradoxalement, c'est le défenseur de l'institution qui se montre le plus « moderne » au maniement de la plume. Mais les avis sont partagés sur ce point. (Il n' y a rien de plus exquis que de passer une soirée entre amis à disputer de savoir lequel des deux, de Fénelon ou de Bossuet, est le meilleur.)

Saint-Simon écrit de Fénelon dans ses Mémoires : « Je n'ai jamais connu Monsieur de Cambray que de visage. » Une telle phrase m'enchante. On pourrait passer la journée à traduire cette connaissance « limitée » du visage par lui-même. (Nous disons aujourd'hui « de vue », qui est très plat.) Dans la NRF de juin, Jakuta Alikavazovic a donné sur cette question des vues fort pénétrantes, quasi féneloniennes dans leur approche de l'énigme humaine – et rien n'est plus énigmatique qu'un visage. Nous autres de l'an 2015 promenons sur ces aventures passées des yeux de myopes bienveillants. Puisse ce tricentenaire ouvrir les fenêtres un peu plus en grand. Ça vaut la peine.

Michel Crépu

* Éditions Gallimard, 2015.

 

commentaire

saintmars | 19 juin 2015
Ça redonne un peu de chaleur et du baume au cœur de lire ceci. On veut vite reprendre Bossuet et Fénelon pour ouvrir l'espace un peu glauque et morne... mais pas désespéré... Merci à vous. Tout est dans le titre de votre blog : il se suffirait presque à lui-même ! E. de Saintmars

 
Recevoir une alerte à chaque publication d’un article

Derniers articles

Critique or not critique Critique or not critique
M. Patrick Kechichian, honorable correspondant de ce blog a tempêté dans un courrier que les archives nationales veilleront à garder secret. « Non, non et non » a-t-il protesté, Jean-Pierre Richard était bel et bien un « critique littéraire » et il n’est que de relire les pages innombrables que Richard a consacré à un nombre incalculable d’auteurs contemporains, de Michon à Modiano, nous citons les plus nobles, pour se convaincre que sa fringale d’auteurs à se mettre sous la dent herméneutique était insatiable.

Jean-Pierre Richard le généreux Jean-Pierre Richard le généreux
Curieusement, l’annonce de la mort de Jean-Pierre Richard a fait de lui un « critique littéraire », ce qu’il n’était absolument pas. Au sens le plus précis possible de ce terme, Richard était un essayiste, c’est-à-dire quelqu’un qui cherchait à extraire d’une forme donnée la matière d’une interprétation tout à la fois esthétique et philosophique. Là où le simple critique exprime son goût ou son dégoût, valorise ses emballements sans trop s’attarder, l’essayiste qu’était Richard s’enfonçait plus loin dans la forêt du sens.

JEAN STAROBINSKI, L’AUDACIEUX PAISIBLE
Dans son bureau de Genève, où il recevait les visiteurs, Jean Starobinski (« Staro » pour tout le monde), qui vient de mourir à l’âge de 98 ans ne semblait pas éprouvé par le poids des ans ni des travaux. À la voix douce et précise, il avait cette façon si particulière d’engager la conversation en ayant l’air de donner la parole à son interlocuteur. C’était une manière d’assumer son identité intellectuelle d’humaniste, le dernier de ce calibre. Mais là non plus, Jean Starobinski n’en rajoutait pas.

> Tous les articles
Rechercher
Ok

Ce site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement, des cookies de mesure d’audience et des cookies de modules sociaux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies.